© YOUSRA Daly

VIRGINIE Elmaize

26 - 1090

Depuis que je suis toute petite, j’ai les mains dans la peinture. J’ai toujours aimé travailler la matière et je suis fascinée par le milieu artistique. Je n’ai jamais tellement apprécié les cours généraux à l’école. Je savais déjà que je voulais être dans la pratique. Evidemment, pour le cours de dessin, j’étais devant la porte avant l’heure !

J’ai vraiment été dans mon élément quand j’ai intégré l’Académie des Beaux-Arts. Je m’orientais vers la section sculpture. Mais j’ai finalement décidé d’arrêter l’école. Mon envie de prendre mon indépendance était plus forte. Je n’avais que 15 ans. Je voulais commencer ma vie, gagner de l’argent. J’ai fait des petits boulots dans la vente, des jobs étudiants. J’ai pris le temps. Je me suis lancée dans des études de coiffure à un moment. Je me suis posée pas mal de questions aussi. Et ma réflexion personnelle m’a conduite vers les métiers du bâtiment. Je me suis dit « Et pourquoi pas la construction ? Ce n’est pas tellement des métiers de femme mais qu’est-ce qui nous en empêche à part nous-même ? ». J’ai suivi un module découverte chez JES en « bâtiment – construction » et la menuiserie m’a tout de suite plu.

Sur base de ce que j’avais aimé, mon accompagnateur chez JES m’a parlé d’ART2WORK. Je suis allée sur leur site et ça m’a tout de suite parlé. Et durant mon parcours en tant que technicienne de spectacle, le lien avec la menuiserie a continué à se tisser. J’ai travaillé durant 3 semaines sur la construction des décors pour le festival Tomorrowland. J’ai participé à l’aménagement des structures pour les stands et la signalétique de SuperVlieg. J’ai également travaillé pour Rosas sur la construction de la structure de la scène.

Et ce n’est qu’à la suite de toutes ces aventures que je réalise que je voudrais me spécialiser en menuiserie dans le décor de scène pour le théâtre. Je pense avoir les qualités nécessaires pour y arriver. Je suis patiente, minutieuse, perfectionniste, calme, … Je souhaiterais d’abord intégrer l’équipe de Recyclart Fabrik pendant un an pour continuer à me former. Et j’espère ensuite pouvoir me lancer. Je rêverais d’être un jour à mon compte. Mais je dois encore travailler ma confiance en moi. Ça viendra avec l’expérience j’espère ! Mais mon projet n’a pas toujours été aussi clair. Je me souviens que, petite, je voulais être danseuse. Mais ma maman trouvait que ce n’était pas un métier …

Et dans 20 ans ? Je me vois partout. Je n’ai pas envie de m’arrêter dans un endroit précis. J’ai besoin de diversité, de découverte, de voir du monde. Je fais de la randonnée, de la pêche, du billard, de la danse, du dessin et j’en passe. Et si je pouvais être complètement libre, je partirais en sac à dos découvrir l’autre et ses cultures.

Avril 2018